马克龙第二次新冠演讲全译 | 欧罗万象·新冠专题
作者:欧罗译丛  发布时间:17/03/2020   浏览次数:5884

 ["欧罗译丛专门收录欧罗万象翻译团队关于法国时政的文和集体论著]

 

[本文首发于“欧罗万象”(微信IDEuroScope)首发日期:2020317日;本站经欧罗万象授权转载]

 

 

翻译/张雅馨、杜鹃、李晓、左蓉华
校对、编辑/杜卿
 
“新冠专题”是欧罗万象为帮助中文受众全面、深入地理解欧洲疫情而新推出的译介项目。本期将译介马克龙于3月16日周二晚的新演讲。
 
 
法国的女士们、先生们:
 
上周四晚,我向你们谈起了这场肆虐我国的公共卫生危机。在此之前,疫情对一些人来说或许只是某个遥远的概念,而它已成了眼下迫在眉睫的现实。
 
政府已如我向你们宣布的那样,采取了强力的措施遏制病毒的蔓延。自上周四起,幼儿园、小学、初中、高中和大学均已关闭。上周六晚,餐厅和国民生活中非必需的商业场所也关上了它们的大门。百人以上的集会被禁止。法国从未在和平时期采取过这些决策,它们显然是特殊和暂时的。这些决策依据科学建议,经过筹备后被依序采纳,它们只有一个目的:在病毒的蔓延中保护我们。
 
周四白天,科学界和政治界人士达成了维持第一轮市政选举的共识。我和总理决定继续举行投票。昨天周日,投票顺利进行。今晚,我想感谢国家公务部门、市长们、所有市政部门、所有投票站的工作人员们,以及所有促成这次选举的人们。在如此现状下仍投出选票并严格遵守了卫生建议和防疫措施的女士们先生们,我也向你们热烈地致敬。我也想在今晚向所有在第一轮中当选的候选人们,献上来自共和国的祝贺。三万五千个市镇中,约有三万个在第一轮后选出了市政委员会。但与此同时,即使抢救部门的医护人员已经预警了情况的严重性,我们仍然看到人们聚集在公园、拥挤的集市和没有遵守关门指令的餐厅和酒吧,仿佛生活并没有发生任何变化。
 
今晚,我想明确对做出上述违禁行为的人说:你们不仅没有保护好自己——最新情况显示,包括年轻人在内,没有人不是易感者——你们也没有保护到别人。即使你们没有任何症状,你们也可能传播病毒;即使你们没有任何症状,你们也有把病毒带给朋友、父母、祖父母的风险,这是置你们所爱之人的健康于不顾。
 
在大东部(le Grand Est)、上法兰西(les Hauts-de-France)和法兰西岛(Île-de-France),我们的医护人员正竭尽全力,为拯救生命而斗争。在公共卫生状况急剧恶化、医院和医护人员的压力不断上涨之时,我们所有的承诺、所有的能量、所有的努力,都应该专注在一个目标:减缓病毒扩散。
 
今晚我要强烈重申:让我们遵守防护措施和卫生指令。这是保护易感人群、减少感染人数,从而减轻抢救部门的压力,使之更好地接收和救治病人的唯一方法。
 
如果没有严重的症状,请联系你的主治医生,不要呼叫急救部门。只在高烧或呼吸困难的情况下前往医院。否则,医护人员将无法应付已在部分地区涌现的大批重症病人。
 
让我们展现团结精神和责任感吧。我们每个人要尽一切代价,减少每天接触的人数。科学家们表明这是重中之重。这就是为什么,在咨询专家、考察前线后,我抱着良心的觉悟决定进一步加强措施,把民众的出行和接触限制在最低的必要程度。从明天正午到至少15天之后,我们将大幅减少人员的流动。
 
这就意味着,任何露天的集会、家庭与朋友间的聚会都不再被允许。外出散步、与友相约公园或街上,将不再可能。我们要最大程度地限制在户外的活动。在法国全境,无论是本土还是海外省,只有不可避免的外出是被允许的:购买生活必需品——请遵守应有的行为准则,人与人之间至少保持一米的距离,不要握手,不要行贴面礼——、看病就医,当然还有在无法远程工作的情况下前去工作,以及少量的运动,但请不要呼朋唤友。所有的企业要为远程工作创造条件,如果实在不行,企业从明天起要做好防疫的安排,保护他们的员工;如果是个体经营者,那就保护好自己。在我的讲话之后,政府将于今晚公布这些新举措的细节。违反规定将会受到处罚。今晚,我郑重地呼吁你们听从医护人员的意见:如果你们想提供帮助,那就待在家里,减少接触,这是重中之重。显而易见,今晚我颁布了新的规定,我们颁布了禁令,实行管制。然而最好的规定就是像一个公民那样以身作则。我再强调一遍,我呼吁你们的责任心和团结精神。
 
有鉴于此,我咨询了参议院主席、国民议会主席以及我的前任总统们,最终决定推迟市镇选举第二轮投票。总理今天也就此事知会了国会各党派主席。这一决定获得一致通过。
 
我亲爱的同胞们,这些决定对我们的生活产生了怎样的影响,我非常清楚。不再看望亲人,这是多么揪心的事儿;叫停个人的日常活动和生活习惯,这是多么困难的事儿。但这些都不应当阻碍我们保持联系,给我们的亲友们打电话,告之近况,与邻里互助,在不同代际之间创造新的关联模式,就像我上周四所说的那样,保持紧密团结并富有创造力。我知道我要求你们待在家里。我也请求你们在此情形下保持冷静。刚刚的几个小时内,我看到了各种恐慌现象。我们所有人都应当有责任心。我们不应当让谣言满天飞。待在家里,照顾屋子里的亲人,传达并获取一些消息。读读书,找回最根本的意义。我认为这对现在这个时刻非常重要。文化、教育、各种事物的意义都很重要。避免恐慌情绪,拒绝相信谣言、半吊子专家或者民科。我们的发言很清楚、信息很透明,我们将继续提供清晰而透明的信息。相信我,我很了解,我要求你们所付出的努力是前所未闻的,但是形势逼迫我们不得不如此。
 
我们在打仗,这当然是一场卫生战役。当然,我们的对手不是一支军队,也不是一个国家。我们的敌人就在那儿,看不见、摸不着,但是一直在逼近。这要求我们全体动员起来。
 
我们在打仗。从这一刻起,政府和国会的所有行动都将转去与流行病斗争。夜以继日,没有什么能让我们分心。因此,我决定,所有正在进行的改革全部暂停,首当其冲的就是退休改革。周二起,部长委员会将提交一份法案,以便政府能够处理紧急事态,并在必要时,通过行政法令为危机管理的相关领域立法。该法案将于周四提交至国民议会。
 
方才我见了国民议会和参议院的主席们,一方面为了这些法案能够尽快通过,另一方面也为了民主生活和国会的管控在这段时期能够继续发挥作用。在此我向他们表示感谢,也向我们所有的国会议员表示感谢。
 
我们在打仗。我呼吁所有政治、经济,社会领域和民间社团的行动者、呼吁所有法国人民加入这个过去使我国克服众多危机的国民联盟中来。
 
我们在打仗。国家将支持他的孩子们,即社区和医院里的医护人员,他们将身赴前线,投入需要万分精力、决心和团结的战斗。他们有权向我们要求。我们显然应当给予他们资源与保护。我们将一直在此。我们应当向他们提供口罩、消毒液以及所有的必要物资,我们时刻监护并将继续监护。与科学家们一道,我们决定将口罩优先用于医院以及城市和乡村的医疗,尤其要送到今后在一线处理危机的全科医生和护士们手中。我们会在明晚把口罩运送到25个疫情最严重地区的药房,周三再送至国家其余地区。我还听到了来自各路专科医生的求救讯息,特别是牙科医生等许多人。我们将在接下来的几个小时内与卫生部长一起找到解决方案。
 
我们还应当照顾医护人员的子女:自上周四以来,托儿所和学校都实行了最低限度的日托服务。我们还应该保证他们出行和休息的舒适。这就是为什么我决定从明天起动员出租车和酒店来为他们服务。国家将支付一切。
 
是的,我们在打仗。在此期间,无论是如今还是以后遭受最严重疫情的地区,我们都将与它们同在。因此,我想向东大区的居民和医护人员保证,面对患者的涌入和医院的爆满,我们将在那里为他们提供支持。我知道他们几天来一直在经历什么,我们与他们同在。因此,我决定在未来几天内,在阿尔萨斯部署一座军队卫生部门的野外医院。军队还将协作转移受灾最严重地区的病人,从而缓解某些地区医院的拥挤状况。
 
我们在打仗。正如我在上周四对你们说的那样,为了保护我们并遏制病毒的传播,同时也为了维护我们的医疗系统,我们今早在欧盟内部做出了一项共同的决定。从明天中午开始,进入欧盟和申根区的边界将被关闭。具体而言,非欧盟国家与欧盟国家之间的所有旅行将被暂停30天。不过,目前在国外并希望回家的法国公民当然可以返回自己的国家。
 
我们必须做出这个决定,因为我今晚要求你们付出巨大的努力,因为我们必须在一段时间内保护自己。我想对所有居住在国外的同胞说,你们必须有序地与使馆和领事馆联系,我们将在必要时为那些希望回来的人组织撤侨行动。你们将会理解,也已预感到这场前所未有的卫生危机对人类,社会和经济造成的重大影响。这也是一场我们应当引领的挑战。
 
我要求你们做出牺牲,以减缓病毒的蔓延。但这些牺牲绝不应该影响对最弱势群体的援助、企业的长久生存,以及员工和个体经营者的生活保障。对于最缺乏保障、最贫穷的人群,对于最孤独寡居的人群,我们将与大型协会、当地社区及其服务机构一起确保他们拥有食物和庇护,以及其他应得的服务。
 
至于经济,法国的任何企业,无论大小,都不会面临破产的风险。所有法国的男男女女,都不会沦落到失去收入的境地。
 
我们会为企业制订一种特别机制,推迟缴纳税金和社会保障金,并为它们延迟缴纳银行款项提供支持,国家将拿出高达三亿欧元的保障金,为所有与企业签署的银行借贷担保。只要这个状态持续,那些经济有困难的最小型的企业将无需缴纳任何费用,没有税款,也没有社会公摊金。水费、燃气费、电费和租金都将延缓缴纳。
 
此外,为了不让任何人失去收入,一如上周四我向你们宣布的、一如政府已经开始详细规划的那样,我们将大规模地扩充从业者们的部分失业机制。我们将启动一项针对所有企业家、商人、手工业者的公益资金,国家将提供资金,总理也建议各省提供资助。政府将从明天开始说明各项细则。这些措施将根据各行各业的需求、经济现状和必备条件有所调整。我们将积极行动,使经济在这个严峻的时刻得以保全,使所有劳动者的购买力和继续生活的需求得到保障。
 
我亲爱的同胞们,法国正处于一个非常艰难的时刻。无人能预知它究竟将持续多久。随着日子一天天过去,问题接踵而至,我们应该追随科学家们提供的意见,汲取实战经验,并不断调整。在此期间,我们也将继续努力取得医疗上的进步。
 
我了解我国各地的数支团队做出的贡献,第一缕曙光已诞生,我们将继续研发疫苗。之后我还会发表讲话。每一次,我都会告知你们形势发展的真实资讯,一如我先前所做、一如政府所做的那样。
 
我确信一件事:我们越是团结一致,迅速采取行动,就越能够战胜这个考验。我们越是以公民身份行动,就越能展现出与如今的医护人员、消防员和民事防护人员一致的精神力量与爱国奉献精神,就能更快地走出这段放慢步调的生活。亲爱的同胞们,当大家万众一心、互帮互助,我们就一定能够成功。我要求你们所有人都具有责任感,绝不向恐惧低头,接受这些束缚,承担它们、相互解释、身体力行,我们所有人都如是,没有特权者,同时,绝不屈服于恐惧和无序。我们会胜利,这段时期也会让我们学到很多。许多先前的信念与确信将受到质疑和颠覆。许多我们认为不可能之事将成为可能。别被吓住,让我们采取强有力的行动。不过请记住:当我们胜利时,那后来之日将不再只是往日的回复。我们在精神上将更加强大,我们将有所收获,而我会和你们一起,见证那所有的结果,所有的结果。
 
让我们所有人,无论是个体还是集体,都能配得上这一时刻。
 
我知道,亲爱的同胞们,我能够信任你们。
 
共和国万岁!法兰西万岁!
 
 
Françaises, Français,
 
Jeudi soir, je me suis adressé à vous pour évoquer la crise sanitaire que traverse notre pays. Jusqu'alors, l'épidémie était peut-être pour certains une idée lointaine, elle est devenue une réalité immédiate, pressante. 
 
Le Gouvernement a pris, comme je vous l’avais annoncé, des dispositions fermes pour freiner la propagation du virus. Les crèches, les écoles, les collèges, les lycées, les universités sont fermées depuis ce jour. Samedi soir, les restaurants, tous les commerces non-essentiels à la vie de la Nation ont également clôt leurs portes. Les rassemblements de plus de 100 personnes ont été interdits. Jamais la France n'avait dû prendre de telles décisions - évidemment exceptionnelles, évidemment temporaires - en temps de Paix. Elles ont été prises avec ordre, préparation, sur la base de recommandations scientifiques avec un seul objectif : nous protéger face à la propagation du virus. 
 
Dans la journée de jeudi, un consensus scientifique et politique s'est formé pour maintenir le premier tour des élections municipales et j'ai pris, avec le Premier ministre, la décision de maintenir le scrutin. Hier dimanche, les opérations de vote ont donc pu se tenir. Je veux ce soir remercier les services de l'Etat, les maires, l’ensemble des services des mairies, tous ceux qui ont tenu les bureaux de vote et qui ont donc permis l’organisation de ce scrutin. Je veux aussi saluer chaleureusement les Françaises et les Français qui, malgré le contexte, se sont rendus aux urnes, dans le strict respect des consignes sanitaires, des gestes barrières contre le virus. Je veux aussi ce soir adresser mes félicitations républicaines aux candidats élus au premier tour. Environ 30 000 communes sur 35 000 ont après ce premier tour un conseil municipal. Mais dans le même temps, alors même que les personnels soignants des services de réanimation alertaient sur la gravité de la situation, nous avons aussi vu du monde se rassembler dans les parcs, des marchés bondés, des restaurants, des bars qui n’ont pas respecté la consigne de fermeture. Comme si, au fond, la vie n’avait pas changé. 
 
A tous ceux qui, adoptant ces comportements, ont bravé les consignes, je veux dire ce soir très clairement : non seulement vous ne vous protégez pas vous - et l’évolution récente a montré que personne n’est invulnérable y compris les plus jeunes - mais vous ne protégez pas les autres. Même si vous ne présentez aucun symptôme, vous pouvez transmettre le virus. Même si vous ne présentez aucun symptôme, vous risquez de contaminer vos amis, vos parents, vos grands-parents, de mettre en danger la santé de ceux qui vous sont chers. 
 
Dans le Grand Est, dans les Hauts-de-France, en Île-de-France, nos soignants se battent pour sauver des vies, avec dévouement, avec force. Au moment où la situation sanitaire se dégrade fortement, où la pression sur nos hôpitaux et nos soignants s’accentue, tout notre engagement, toute notre énergie, toute notre force, doivent se concentrer sur un seul objectif : ralentir la progression du virus. 
 
Je vous le redis avec force ce soir : respectons les gestes barrières, les consignes sanitaires. C'est le seul moyen de protéger les personnes vulnérables, d'avoir moins de concitoyens infectés et ainsi de réduire la pression sur les services de réanimation pour qu'ils puissent mieux accueillir, mieux soigner.
 
Sans signe grave, contactons notre médecin traitant. N’appelons le Samu et ne nous rendons à l’hôpital qu’en cas de forte fièvre, de difficulté à respirer, sans quoi, ils ne pourront faire face à la vague de cas graves qui déjà se profile dans certaines régions. 
 
Faisons preuve au fond d’esprit solidaire et de sens des responsabilités. Chacun d’entre nous doit à tout prix limiter le nombre de personnes avec qui il est en contact chaque jour. Les scientifiques le disent, c’est la priorité absolue. C'est pourquoi, après avoir consulté, écouté les experts, le terrain et en conscience, j'ai décidé de renforcer encore les mesures pour réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire. Dès demain midi et pour 15 jours au moins, nos déplacements seront très fortement réduits. 
 
Cela signifie que les regroupements extérieurs, les réunions familiales ou amicales ne seront plus permises. Se promener, retrouver ses amis dans le parc, dans la rue, ne sera plus possible. Il s'agit de limiter au maximum ces contacts au-delà du foyer. Partout sur le territoire français, en métropole comme Outre-mer, seuls doivent demeurer les trajets nécessaires, nécessaires pour aller faire ses courses avec de la discipline et en mettant les distances d'au moins un mètre, en ne serrant pas la main, en ne s'embrassant pas, les trajets nécessaires pour se soigner, évidemment, les trajets nécessaires pour aller travailler si le travail à distance n'est pas possible et les trajets nécessaires pour faire un peu d'activité physique mais sans retrouver, là encore, des amis ou des proches. Toutes les entreprises doivent s'organiser pour faciliter le travail à distance, et quand cela ne sera pas possible, elles devront adapter dès demain leur organisation pour faire respecter ces gestes barrières contre le virus, c'est à dire protéger leurs salariés, ou, quand il s'agit d'indépendants, se protéger eux-mêmes. Le Gouvernement précisera les modalités de ces nouvelles règles dès ce soir, après mon allocution. Toute infraction à ces règles sera sanctionnée. Je vous le dis avec beaucoup de solennité ce soir, écoutons les soignants, qui nous disent : si vous voulez nous aider, il faut rester chez vous et limiter les contacts. C'est le plus important. Evidemment, ce soir, je pose des règles nouvelles, nous posons des interdits, il y aura des contrôles. Mais la meilleure règle, c'est celle qu'en tant que citoyen, vous vous appliquez à vous-mêmes. Une fois encore, j'en appelle à votre sens des responsabilités et de la solidarité. 
 
Dans ce contexte, après avoir consulté le Président du Sénat, le Président de l'Assemblée nationale mais également mes prédécesseurs, j'ai décidé que le second tour des élections municipales serait reporté. Le Premier ministre en a informé aujourd'hui même les chefs de parti représentés au Parlement. Cette décision a fait l'objet d'un accord unanime. 
 
Mes chers compatriotes, je mesure l'impact de toutes ces décisions sur vos vies. Renoncer à voir ses proches, c'est un déchirement ; stopper ses activités quotidiennes, ses habitudes, c'est très difficile. Cela ne doit pas nous empêcher de garder le lien, d'appeler nos proches, de donner des nouvelles, d'organiser aussi les choses avec nos voisins, d'inventer de nouvelles solidarités entre générations, de rester, comme je vous l'ai dit jeudi dernier, profondément solidaires et d'innover là aussi sur ce point. Je sais que je vous demande de rester chez vous. Je vous demande aussi de garder le calme dans ce contexte. J'ai vu, ces dernières heures, des phénomènes de panique en tout sens. Nous devons tous avoir l'esprit de responsabilité. Il ne faut pas que les fausses informations circulent à tout va. En restant chez vous, occupez-vous des proches qui sont dans votre appartement, dans votre maison. Donnez des nouvelles, prenez des nouvelles. Lisez, retrouvez aussi ce sens de l'essentiel. Je pense que c'est important dans les moments que nous vivons. La culture, l'éducation, le sens des choses est important. Et évitez l'esprit de panique, de croire dans toutes les fausses rumeurs, les demi-experts ou les faux-sachants. La parole est claire, l'information est transparente et nous continuerons de la donner. Mais croyez-moi, cet effort que je vous demande, je sais qu'il est inédit mais les circonstances nous y obligent. 
Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes : nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale. 
 
Nous sommes en guerre. Toute l'action du Gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l'épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C'est pourquoi, j'ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues, à commencer par la réforme des retraites. Dès mardi, en Conseil des ministres, sera présenté un projet de loi permettant au gouvernement de répondre à l’urgence et, lorsque nécessaire, de légiférer par ordonnances dans les domaines relevant strictement de la gestion de crise. Ce projet sera soumis au Parlement dès jeudi. 
 
J’ai vu tout à l’heure les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat afin que ces textes soient votés le plus rapidement possible, afin aussi que la vie démocratique et le contrôle du Parlement continue dans cette période. Je les en remercie et je remercie tous nos parlementaires en cet instant. 
 
Nous sommes en guerre. J’appelle tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, associatifs, tous les Français à s’inscrire dans cette union nationale qui a permis à notre pays de surmonter tant de crises par le passé. 
 
Nous sommes en guerre. La Nation soutiendra ses enfants qui, personnels soignants en ville, à l’hôpital, se trouvent en première ligne dans un combat qui va leur demander énergie, détermination, solidarité. Ils ont des droits sur nous. Nous leur devons évidemment les moyens, la protection. Nous serons là. Nous leur devons des masques, du gel, tout le matériel nécessaire et nous y veillons et veillerons. Nous avons décidé avec les scientifiques de réserver les masques en priorité pour l’hôpital et pour la médecine de ville et de campagne, en particulier les généralistes, les infirmières désormais en première ligne aussi dans la gestion de la crise. Des masques seront livrés dans les pharmacies dès demain soir dans les 25 départements les plus touchés. Mercredi pour le reste du territoire national. J'ai aussi entendu le message des spécialistes, en particulier des chirurgiens-dentistes et beaucoup d'autres. Des solutions seront trouvées avec le Ministre de la Santé dans les prochaines heures. 
 
Nous devons aussi aux soignants la garde de leurs enfants : un service minimum de garde est en place depuis ce jour dans les crèches et dans les écoles. Nous leur devons aussi sérénité dans leurs déplacements et repos. C'est pourquoi j'ai décidé que, dès demain, les taxis et les hôtels pourront être mobilisés à leur profit. L'Etat paiera. 
 
Nous sommes en guerre, oui. Le pays accompagnera dans cette période les régions les plus touchées aujourd'hui comme celles qui le seront demain. A ce titre, je veux assurer les habitants et les personnels soignants du Grand Est que nous serons au rendez-vous pour les appuyer face à l'afflux de patients et à la saturation des hôpitaux. Je sais ce qu'ils vivent depuis des jours et des jours, nous sommes avec eux. J'ai décidé pour cela qu'un hôpital de campagne du service de santé des armées serait déployé dans les jours à venir en Alsace. Les armées apporteront aussi leur concours pour déplacer les malades des régions les plus affectées et ainsi réduire la congestion des hôpitaux de certains territoires. 
 
Nous sommes en guerre. Comme je vous l'ai dit jeudi, pour nous protéger et contenir la dissémination du virus mais aussi préserver nos systèmes de soins, nous avons pris ce matin entre Européens une décision commune. Dès demain midi, les frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-européens et l'Union européenne seront suspendus pendant 30 jours. Les Françaises et les Français qui sont actuellement à l'étranger et souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre leur pays. 
 
Nous devons prendre cette décision parce que je vous demande ce soir d'importants efforts et que nous devons, dans la durée, nous protéger. Je veux dire à tous nos compatriotes qui vivent à l'étranger que là aussi, en bon ordre, ils doivent se rapprocher des ambassades et consulats et que nous organiserons, pour celles et ceux qui le souhaitent et là où c'est nécessaire, leur rapatriement. Vous l'aurez compris, vous le pressentiez, cette crise sanitaire sans précédent aura des conséquences humaines, sociales et économiques majeures. C’est aussi ce défi que nous devons mener. 
 
Je vous demande des sacrifices pour ralentir l’épidémie. Jamais ils ne doivent mettre en cause l’aide aux plus fragiles, la pérennité d’une entreprise, les moyens de subsistance des salariés comme des indépendants. Pour les plus précaires, pour les plus démunis, pour les personnes isolées, nous ferons en sorte, avec les grandes associations, avec aussi les collectivités locales et leurs services, qu’ils puissent être nourris, protégés, que les services que nous leur devons soient assurés. 
 
Pour la vie économique, pour ce qui concerne la France, aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne sera livrée au risque de faillite. Aucune Française, aucun Français, ne sera laissé sans ressources. 
 
S’agissant des entreprises, nous mettons en place un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéances bancaires et de garanties de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques. Pour les plus petites d’entre elles et tant que la situation durera, celles qui font face à des difficultés n’auront rien à débourser, ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales. Les factures d’eau, de gaz ou d’électricité ainsi que les loyers devront être suspendus. 
 
En outre, afin que personne ne soit laissé sans ressources, pour les salariés, le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi, comme je vous l’avais annoncé jeudi dernier et comme le Gouvernement a commencé à le préciser. Pour les entrepreneurs, commerçants, artisans, un fonds de solidarité sera créé, abondé par l'Etat, et auquel le Premier ministre proposera aux régions aussi de contribuer. Le Gouvernement, dès demain, précisera toutes ces mesures. Elles seront en fonction des besoins, des réalités économiques, des nécessités secteur par secteur, évidemment adaptées. Nous serons au rendez-vous pour que notre économie soit préservée dans cette période si dure et pour que l'ensemble des travailleuses et des travailleurs puissent avoir cette sécurité aussi en termes de pouvoir d'achat, de continuité de leur vie. 
 
Mes chers compatriotes, la France vit un moment très difficile. Nul ne peut en prévoir précisément la durée. À mesure que les jours suivront les jours, que les problèmes succéderont aux problèmes, il faudra, en lien avec les éclairages donnés par les scientifiques, des expériences de terrain, il faudra nous adapter. Nous allons continuer aussi, pendant cette période, de travailler et de progresser sur les traitements. 
 
Je sais le dévouement de plusieurs équipes partout sur notre territoire avec les premiers espoirs qui naissent, et nous continuerons aussi d'avancer sur le vaccin. Régulièrement, je m'adresserai à vous. Je vous dirai à chaque fois, comme je l'ai fait, comme le Gouvernement le fait, la vérité sur l'évolution de la situation. 
 
J'ai une certitude : plus nous agirons ensemble et vite, plus nous surmonterons cette épreuve. Plus nous agirons en citoyens, plus nous ferons preuve de la même force d'âme, de la même abnégation patriote que démontrent aujourd'hui nos personnels soignants, nos sapeurs-pompiers, l'ensemble des acteurs de la sécurité civile, plus vite nous sortirons de cette vie au ralenti. Nous y arriverons, mes chers compatriotes, en étant unis, solidaires. Je vous demande d'être responsables tous ensemble et de ne céder à aucune panique, d'accepter ces contraintes, de les porter, de les expliquer, de vous les appliquer à vous-mêmes, nous nous les appliquerons tous, il n'y aura pas de passe-droit, mais, là aussi, de ne céder ni à la panique, ni au désordre. Nous gagnerons, mais cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent. Ne nous laissons pas impressionner. Agissons avec force mais retenons cela : le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant. Nous serons plus forts moralement, nous aurons appris et je saurai aussi avec vous en tirer toutes les conséquences, toutes les conséquences. 
 
Hissons-nous individuellement et collectivement à la hauteur du moment. 
 
Je sais mes chers compatriotes pouvoir compter sur vous. 
 
Vive la République, vive la France !
 
版面编辑:杜卿

 

 

 

相关信息
  • 我要赞赏
  • 最低金额:1.00欧元 [可用支付宝微信支付以等值人民币支付]
  • 任意金额: 欧元 [可用支付宝微信支付以等值人民币支付]
  • (重要提醒:为了避免支付宝﹑微信支付或其它银行卡支付程序受阻,请您先复制这一链接(https://www.falanxi360.com/index.php?s=/news/show/id/3572#notice),退出微信,然后在游览器网址搜索框中直接贴上这一链接打开即可)
发表评论



À NE PAS MANQUER
“G-面包”小指南
[详细]
F360 WEB TV最新视频
LES DERNIÈRES VIDÉOS À VOIR
“G-面包”是怎么回事?[观 看]
[更多视频]

法兰西360调查
VOTRE AVIS COMPTE
您是否支持法国的“黄衫党”运动?
[更多调查][查看结果]
右侧360调查下面广告01
特约专栏作者
LES BLOGUEURS